photo@batini-1999

Retour page accueil

Notes sur les Silos à Grains

 

Généralités

 

La nature géologique du sol est prépondérante pour le creusement de ces silos qui ont toujours une forme de poire, d’œuf ou de bouteille et sont appelés selon le terme générique "fosses ovoïdes". Bien qu’on en ait trouvés dans des sols argileux, desséchés et durcis par du feu, en grande majorité ils se trouvent là où la présence du rocher affleure, souvent sur un plan déclive près d’une vallée et d’un point d’eau. Leur présence est également attestée dans des sites troglodytiques .

L'étude de l'habitat de l'Arriasse à Vic-le-Fesq (Gard) en situe sur son site et les date de 700-625 av. J.C., soit le début du premier Age de Fer. On en trouve également près des voies romaines, des mottes féodales et des lieux de cultures agraires .

Dans notre région, on les trouve sur différents emplacements à savoir :

  • isolés en zone rurale ou urbaine,

  • groupés en zone rurale ou urbaine,

  • dans la proche périphérie des souterrains-refuges ou des sites troglodytiques,

  • réutilisés ou détruits partiellement ou totalement par le creusement des souterrains-refuges ou des sites troglodytiques,

  • à l’intérieur des sites précités.

 Le diamètre d’ouverture varie de 0,40 m à 0,60 m, la profondeur 1,50 m à 2,20 m et la largeur intérieure de l’ordre de 1,00 m à 1,60 m. Souvent un épaulement au col de l’ouverture permettait d’en assurer l’étanchéité par un couvercle (pierre plate épannelée de forme ronde d’un diamètre légèrement supérieur à l’ouverture du goulot). Lorsqu’ils sont groupés, il n’est pas rare qu’ils communiquent entre eux par des ouvertures . Ces anastomoses pourraient être le fait d’une usure prématurée des parois des silos.

En effet, au cours du processus de conservation un début de germination se forme contre la paroi du silo et de petites radicelles attaquent la paroi. Une fois vidé, pour réutiliser le silo il était nécessaire de nettoyer par grattage cette paroi avec comme résultat d’une part des parois de plus en plus ovoïdes et d’autre part une augmentation du volume intérieur. Dans la mesure où il n’est pas rare de trouver plusieurs silos concomitants sur le même site, cet élargissement progressif conduisait à les faire communiquer entre eux d’où leur destruction radicale.

Leur fond est concave ou plat. On peut constater que la forme ronde est universelle. Leur présence est attestée dans toute l’Europe, avec une prédominance pour le Moyen Orient et le Sud de l’Europe.

Les silos à grains creusés dans le sol témoignent d'un mode de conservation de céréales en atmosphère confinée, mode de stockage bien connu par le passé et dans de multiples sociétés traditionnelles. Ces techniques ont fait l'objet de nombreuses études et expérimentations qui en expliquent le fonctionnement :

Dans un milieu hermétiquement clos, la céréale commence sa germination et dégage au niveau de ce processus du gaz carbonique, gaz qui bloque la poursuite de la croissance et neutralise les insectes. Si le contenant n'est pas ouvert, le contenu peut se conserver plusieurs années et garder toutes ses qualités germinatives et nutritives. Par contre une fois ouverte, la structure doit être vidée et les grains aérés sous peine de pourrissement rapide. Ce procédé est donc un système de stockage de céréale à long terme et non une réserve où l'on viendrait y puiser en fonction des besoins.

On trouve des silos de petit diamètre qui pourraient être non pas des lieux de stockage de grains pour répondre à l’économie vivrière d’un groupe mais du stockage de grains pour des semences.

Si l’origine de ces silos reste indéterminée, leur présence sous terre est déjà citée par Varron qui décrit dans un traité d’économie rurale ces «granaria speluncas» en 60 av. J.C.

Dans notre région, il semblerait que leur creusement soit intervenu sur deux périodes bien distinctes :

 

Avant la romanisation

Période où les communautés qui les creusaient devaient être sédentarisées dans un habitat extrêmement précaire dans les alentours immédiats, voire au-dessus du silo. Ces cavités représentant des lieux de stockage de l'économie vivrière du groupe, sont les seules parties dures restantes des structures d’habitation.

Il est probable que la romanisation a apporté un changement des méthodes de stockage dans l’organisation politique et économique de notre région. Durent apparaître une spécialisation des cultures et d’autres phénomènes caractérisant l’avancée romaine. L’évolution en masse des cultures nouvelles avec principalement la plantation de la vigne, à laquelle fait écho l’introduction des amphores vinaires et des dolias semble faire apparaître que pendant cette période les méthodes de stockage en silos souterrains se soient restreintes voire abandonnées.

 

Après la romanisation

Période où l’insécurité a vu le développement du creusement des souterrains-refuges. La confection de ces structures souterraines s’est souvent accompagnée de creusement de silos internes.

Dans la partie Est/Sud-Est de la Charente, on trouve :

des silos isolés sur les communes de :

  • Dignac, 1 silo

  • Dirac, 8 silos

  • Edon, 2 silos

  • Garat, 2 silos

  • Pranzac, 1 silo

  • Sers, 7 silos

  • Villebois-Lavalette, 3 silos + 1 silo

 

des silos à l’intérieur des souterrains-refuges sur les communes de :

  • Chadurie, 1 souterrain avec 2 silos

  • Dirac, 1 souterrain avec 2 silos

  • Puymoyen, 1 souterrain avec 2 silos

  • Sers, 2 souterrains un avec 1 silo, un avec 6 silos

  • Villebois, 1 souterrain avec 3 silos

  • Vouzan, 1 souterrain avec 5 silos

 

des silos modifiés ou réutilisés par le creusement des souterrains-refuges sur les communes de :

  • Charmant, 1 souterrain avec 3 silos

  • Dirac, 1 souterrains avec 9 silos

  • Garat, 1 souterrain avec 1 silo

  • Sers, 1 souterrain avec 6 silos

  • Sers, 1 silo anastomosée par une carrière

  • Voulgezac, 1 souterrain avec 1 silo

L’arrêt des creusements des souterrains-refuges étant intervenu vers la fin du XIIIe, on peut penser que la fin d’utilisation de ces silos pourrait également correspondre à cette époque.

 

coupe du silo à grains de Puy Cocu
(profondeur 2.10 m, largeur 0.78 m)

Texte G. Roger.05/99