photo@batini-1999

Retour page accueil

l'Association A.R.E.C.A.

 

En arrivant en Charente, nous avons remarqué que le département, de part sa position géologique, climatique et historique, était riche en creusements anthropiques (Par creusement anthropique il faut comprendre toute sorte de creusement fait par l'homme à des fins utilitaires). Après une recherche minutieuse de documentation nous nous sommes rendu compte que des publications et mémoires  pour ce type de structures, bien que déjà partiellement effectués, ne semblaient pas ordonnés ni actualisés.

 Quelques prospections et études avaient été réalisées entre autre par Mr Jean Claude Lafond et Mr Guy Ridouin pour les plus récents, mais leurs travaux ne présentaient que des cas d’espèces et ne dégageaient pas une vue d’ensemble. Nous basant sur le travail déjà effectué nous avons décidé de faire une approche méthodologique par un recensement systématique sur le terrain de ces structures.

 Le but de cette démarche se résume à en faire le recensement, les relevés topographiques et les approches typologiques permettant d'esquisser un classement ordonné introduisant à l'approche chronologique de toutes sortes de creusements anthropiques et aménagements des milieux durant la période courant de l’âge du fer au haut Moyen-âge (Silos à grains, abris troglodytiques et souterrains-refuges).

A l’échelle d’un département, la tâche semblait difficile aussi nous nous sommes résolu à sélectionner le secteur qui présentait le double avantage d’être un lieu de résidence et qui semblait particulièrement riche pour ce genre de structures. Après avoir obtenu les accréditations nécessaires auprès du SRA de la DRAC à Poitiers nous avons commencé voilà 4 ans une prospection systématique des régions Est et Sud-Est de la Charente, à savoir un triangle délimité au Nord par Montembœuf, au Sud Aubeterre et à l’Ouest Angoulême, soit environ 70 communes. Si à ce jour seulement 20 communes ont été prospectées nous avons constatés que pratiquement chacune recelait de nombreux vestiges de ces structures qui sont autant d’éléments indissociables de notre patrimoine.

             En quatre années de prospection, 136 sites ont été visités et répertoriés, 65 ont été inventoriés et 16 études complètes de sites ont été effectuées.

 Nous nous trouvons devant des éléments de la vie historique et rurale de ce qui fut une période d’occupation de notre région. Ces structures, très souvent ignorées par les historiens et archéologues, représentent néanmoins des résiduels sur les activités des hommes, sur le milieu dans lequel ils ont vécu dans notre région pendant une période déterminée. En fait elles se révèlent, grâce à leur conservation privilégiée, de précieux réservoirs archéologiques et ethnographiques.

 A l’occasion des journées du patrimoine et au cours de visites organisées sur quelques sites, nous avons toujours été surpris par l’intérêt qu’y portait le nombreux public.

 En conséquence il serait souhaitable qu’une communication sur ces sites soit mise en place sous toutes formes médiatiques possibles, dans le but d’informer les habitants de la région et les touristes. De plus une action éducative serait nécessaire pour sensibiliser nombres de propriétaires (surtout des agriculteurs) qui, lorsqu’ils découvrent fortuitement au cours de travaux ce genre de structures, les rebouchent ou les détruisent soit par méconnaissance soit par pragmatisme, annihilant ainsi ces éléments archéologiques de notre histoire et donc de notre patrimoine.

 C’est pour renforcer cette démarche qu’a été créée une association prénommée « ARECA »( Association de Recherches et d'Etudes des Creusements Anthropiques).

                Tel est le but que nous recherchons et  la vocation de l’association que nous venons de créer.

 

Le Président de l’Association

Guy Roger